Association Les autres philosophes | Philosophie pour enfants ou adultes: L'échappée philosophique

L'échappée philosophique

Autour de l'œuvre de l'artiste Marc Hamandjian, L'Échappée, appartenant à la collection du Fonds Régional d'Art Contemporain de Haute-Normandie, une série de dix ateliers philosophie a eu lieu en novembre 2009 et en mars 2010, au sein des écoles Jean Macé et Raymond Larpin, à Bihorel. Cette action intitulée L’échappée philosophique s’inscrivait dans le cadre d’une classe à Projet Artistique et Culturel. Élaborée en collaboration avec les deux institutrices et avec la danseuse Manuella Brivary, L’échappée philosophique avait pour objectif de conduire les enfants d’une classe de cours préparatoire et d’une classe de grande section de maternelle à s’interroger sur l’habitation et le voyage. À l’issue de cette action, un petit album retraçant l’expérience a été réalisé et remis par l’association à chaque élève des deux classes.

Qu’est-ce qu’une maison ? N’est-ce qu’une quantité de matériaux assemblés ? Pourquoi imaginons-nous qu’au fond, ce qu’est une maison se réduit à ce dont elle est faite ? Cela ne vient-il pas de l’idée selon laquelle une maison est un «bâtiment», un «édifice» ? Mais qu’est-ce qui fait d’un bâtiment une maison ? Qu’est-ce qui est plus fondamental à une maison que son édification ou sa construction ? Une maison n’est-elle pas, bien plus profondément, une «habitation», un habitat ? Paradoxalement, l’habitation n’est-elle pas plus essentielle à la maison que la construction ?...

Dans quel rapport au temps, au mouvement et au repos sommes-nous, quand nous demeurons dans une «demeure» ? Serait-ce une forme de présence, le temps pendant lequel nous nous y reposons, le temps que nous y restons, qui fait d'une maison ce qu'elle est ? Mais si «habiter» est une «habitude», et la maison un lieu d'«habitation», est-ce qu'habiter signifie simplement vivre habituellement quelque part ? Est-ce qu'habiter finit par rendre les choses habituelles, par nous y habituer ? Y aurait-il un lien entre l'habitation et l'ennui, où tout repose, immobile ?

En quoi une maison est-elle aussi «un hébergement», «un abri» ? De quoi une maison nous protège-t-elle ? Comment le fait-elle ? Pourquoi le toit semble-t-il être si essentiel à une maison, au point que nous parlions d'elle, toute entière, comme d'«un toit» ? Mais que signifie protéger ?Quelle relation à l’espace un «logement» ou un «logis» ouvre-t-il ? Quelle est la forme de l'espace que la maison aménage ? Quel lien y a-t-il entre la protection qu'assure la maison et l'espace intérieur, le «foyer» qu'elle forme ? Qu’est-ce qu’une forme ? Comment les maisons sont-elles disposées ? Par rapport à quels types de mouvements sont-elles alignées ?

Pourquoi les maisons sont immobiles ? Qu’est-ce que voyager ? Par rapport à quoi les choses sont-elles éloignées ? Qu’est-ce qui est au centre de toutes les directions ? Et ailleurs, où est-ce ?...