Les autres philosophes | Philosophie pour enfants ou adultes: Qu'est-ce qu'un dialogue ?

Qu'est-ce qu'un dialogue ?

Chaque philosophe est destiné à se poser la question du sens de la philosophie : Qu'est-ce que la philosophie ? Que peut-elle être ? Les autres philosophes est née de ce questionnement.

Socrate
Et penser, est-ce la même chose que moi que tu appelles ainsi ?

Théétète
Qu'est-ce que tu appelles penser ?

Socrate
Un dialogue que l'âme poursuit avec elle-même sur ce qu'elle examine. À vrai dire c'est à la façon d'un ignorant que je te présente cela. En effet une âme qui pense ne m'apparaît faire rien d'autre que dialoguer, se posant à elle-même des questions et se répondant par elle-même, tantôt acquiesçant et tantôt n'acquiesçant pas [...] Et toi, qu'appelles-tu penser ?

Platon, Théétète, 189e4 - 190a7

Un dialogue philosophique est le mouvement par lequel s'interroger et se répondre s'entrelacent jusqu'à s'unir en un seul et même mouvement, dans lequel ce qui se pose la question et ce qui y répond est une seule et même puissance, l’intelligence, qui n'est autre que la traduction latine littérale du mot grec dialogue. Les deux mots désignent le mouvement qui, à travers (δια) ou entre (inter) une multitude de paroles, cherche à recueillir (λέγειν, legere), c'est-à-dire à discerner, le sens de ce que l'enquête philosophique questionne.
Un dialogue n’est donc pas plus un procédé rhétorique dont l’intelligence pourrait se dispenser pour penser que les interlocuteurs de Socrate ne sont des thèses personnifiées. Dialoguer est le mouvement même de l'intelligence, par lequel elle est elle-même (re)mise en question. Si la philosophie s'incarne dans les Dialogues socratiques, c'est parce que la philosophie elle-même est un dialogue, dans lequel tous les philosophes se questionnent et se répondent. Se poser une question philosophique signifie toujours dialoguer, ouvertement ou implicitement, avec les autres philosophes.

Ce n’est pas seulement qu'il faille s'interroger pour répondre et comprendre le sens d'une réponse. Répondre signifie s'interroger, puisque répondre signifie chercher à répondre à une question, en se la posant. «Il n’y a plus de philosophie si l’on regarde d’abord aux conclusions, dit Merleau-Ponty ; le philosophe ne cherche pas les raccourcis, il fait toute la route».

« La vérité est qu'il s'agit, en philosophie et même ailleurs, de trouver le problème et par conséquent de le poser, plus encore que de le résoudre. Car un problème spéculatif est résolu dès qu'il est bien posé. J'entends par là que la solution en existe alors aussitôt, bien qu'elle puisse rester cachée et, pour ainsi dire, couverte : il ne reste plus qu'à la couvrir. Mais poser le problème n'est pas simplement découvrir, c'est inventer. »

Henri Bergson, La pensée et le mouvant, p. 51

Un dialogue diffère donc autant d'une conversation, d'un entretien ou bien d’un débat que d'un interrogatoire. Ce qui distingue ces différentes relations à la parole, la mienne et celle des autres, de celle qui s'établit dans un dialogue est son caractère interrogatif, argumentatif et réflexif. En se déployant comme une enquête, le questionnement ouvre l'espace dans lequel le dialogue s'aventure : l'écoute, attitude critique dans laquelle l'entendement cherche à entendre, c'est-à-dire comme le laisse entendre le mot, à comprendre.